Show simple item record

Considérations clés : Dynamiques transfrontalières entre le Soudan du Sud et la RDC

dc.contributor.authorPendle, Naomi
dc.contributor.authorMarko, Ferenc David
dc.contributor.authorGercama, Ingrid
dc.contributor.authorBedford, Juliet
dc.contributor.author
dc.coverage.spatialSouth Sudanen
dc.coverage.spatialDemocratic Republic of Congoen
dc.coverage.spatialDRCen
dc.date.accessioned2019-11-12T12:03:25Z
dc.date.available2019-11-12T12:03:25Z
dc.date.issued2019-11-11
dc.identifier.citationPendle, N.; Marko, F.D.; Gercama, I. and Bedford, J. (2019) Key Considerations: Cross-Border Dynamics Between South Sudan and DRC, UNICEF, IDS & Anthrologicaen
dc.identifier.urihttp://opendocs.ids.ac.uk/opendocs/handle/20.500.12413/14766
dc.descriptionEbolaen
dc.description.abstractThis brief summarises key considerations concerning cross-border dynamics between South Sudan and the Democratic Republic of Congo (DRC) in the context of the outbreak of Ebola in North Kivu and surrounding provinces. In light of the DRC outbreak, South Sudan began preparedness activities in August 2018 with the development of the first South Sudan National Ebola Preparedness Plan (August 2018 – March 2019) and the formation of the National Ebola Task Force (NTF) and Technical Working Groups (TWGs). Health care workers, frontline workers, community volunteers and military personnel in high risk states were trained on EVD surveillance (detection, alert and investigation), management of suspected and confirmed cases, laboratory safety procedures, safe and dignified burials, risk communication and social mobilisation, and infection prevention and control (IPC). An Emergency Operations Center (EOC) was established in Juba and a free hotline to report EVD alerts set up (with the call-in number 6666). Rapid Response Teams (RRTs) were put in place across the country and local capacity for GeneXpert testing was established. Screening points and four isolation units were set up and vaccination of frontline health workers started. The focus of the Second EVD Preparedness Plan (April – September 2019) shifted from initial preparedness needs to active response should a single case be confirmed. Priority activities included establishing effective mechanisms for the notification of an event, public messaging on prevention and further spread, the rapid deployment of multidisciplinary RRTs, the implementation of targeted containment measures and a coherent package of activities for the operation of isolation facilities including basic maintenance, the ability to scale up the number of staff and supplies, and streamlined local control and management in the event of patient care being launched. In November 2018, WHO conducted an assessment of South Sudan’s overall Ebola readiness level and rated it 17% prepared. A more recent assessment in March 2019 found the country was 61% prepared and the WHO reported in June 2019 that 2,793 frontline health workers had received prophylactic vaccination with the Merck vaccine (rVSV-ZEBOV). This brief provides details about cross-border relations, population movements, political and economic dynamics, conflict and insecurity, burial practices and trusted local actors in the borderlands of South Sudan. It was developed by Naomi Pendle (London School of Economics) and Ferenc David Marko (Small Arms Survey) with support from Ingrid Gercama, Theresa Jones and Juliet Bedford (Anthrologica). It builds on a rapid review of existing published and grey literature, long-term ethnographic research in the region, and findings from rapid fieldwork conducted at intervals between January and October 2019 that tracked key developments related to the threat of Ebola and preparedness efforts. Fieldwork was conducted by Beatrice Diko, James Eggo, Onyango Galdine, Ingrid Gercama, John Kenyi, Apayima Malitano, Ferenc David Marko and Naomi Pendle. Prior to finalisation the brief was reviewed by expert advisory colleagues from UNICEF, CDC, King’s College London, Durham University, London School of Hygiene and Tropical Medicine and London School of Economics. Responsibility for the brief lies with the Social Science in Humanitarian Action Platform (SSHAP).en
dc.description.abstractCette note stratégique résume les considérations clés liées aux dynamiques transfrontalières entre le Soudan du Sud et la République démocratique du Congo (RDC) dans le contexte de la flambée épidémique d’Ébola survenue dans le Nord-Kivu et les provinces environnantes. Suite à la flambée épidémique survenue en RDC, le Soudan du Sud a initié des activités de préparation en août 2018 avec le développement du premier Plan national de préparation contre le virus Ébola au Soudan du Sud (août 2018 – mars 2019) et la formation d’une équipe spéciale nationale et de Groupes de travail techniques. Les membres du personnel de santé, les intervenants de première ligne, les bénévoles communautaires et les membres du personnel militaire dans les états à risque élevé ont été formés à la surveillance de la MVE (détection, alerte et investigation), à la gestion de cas soupçonnés et confirmés, aux procédures de sécurité au sein des laboratoires, aux enterrements dignes et sécurisés, à la communication des risques et à la mobilisation sociale, ainsi qu’à la prévention et le contrôle des infections (PCI). Un centre d’opérations d’urgence a été établi à Juba et un numéro d’urgence gratuit destiné à signaler des alertes de MVE a été mis à place (avec le numéro d’appel 6666). Des équipes de riposte rapide ont été établies à l’échelle nationale et une capacité locale de dépistage GeneXpert a été mise en oeuvre. Des points de dépistage et quatre unités d’isolement ont été installés et la vaccination des membres du personnel de santé en première ligne a été initiée. L’orientation du deuxième Plan de préparation contre la MVE (avril – septembre 2019) est passé des besoins initiaux en matière de préparation à une riposte active si un seul cas est confirmé. Les activités prioritaires incluaient l’établissement de mécanismes efficaces pour la notification d’un événement, des messages publics sur la prévention et la propagation, le déploiement rapide des équipes de riposte multidisciplinaires, la mise en oeuvre de mesures de confinement ciblées et un ensemble d’activités cohérent inhérent à l’opération de centres d’isolement y compris la maintenance de base, la capacité d’augmenter le nombre d’employés et de fournitures, ainsi que la gestion et le contrôle locaux simplifiés dans le cas où des soins aux patients étaient initiés. En novembre 2018, l’OMS a réalisé une évaluation du niveau global de préparation contre le virus Ébola du Soudan du Sud et l’a évalué à 17 %. Une évaluation plus récente réalisée en mars 2019 a révélé que le pays était préparé à hauteur de 61 % et l’OMS a indiqué en juin 2019 que 2 793 membres du personnel de santé en première ligne avaient reçu une vaccination préventive avec le vaccin élaboré par Merck (rVSV-ZEBOV).iv Cette note stratégique fournit des détails quant aux relations transfrontalières, aux mouvements de population, à la dynamique politique et économique, au conflit et à l’insécurité, aux pratiques funéraires, ainsi qu’aux acteurs locaux de confiance dans les régions frontalières du Soudan du Sud. Elle a été élaborée par Naomi Pendle (London School of Economics) et Ferenc David Marko (Small Arms Survey) avec l’assistance d’Ingrid Gercama, Theresa Jones et Juliet Bedford (Anthrologica). Elle est basée sur une étude rapide de la littérature grise et publiée existante, ainsi que sur de précédentes études ethnographiques réalisées au sein de la région et de des résultats d’enquêtes rapides réalisées sur le terrain à intervalles réguliers entre janvier et octobre 2019 qui ont suivi les principaux développements liés à la menace du virus Ébola et aux activités de préparation. Les enquêtes ont été menées par Beatrice Diko, James Eggo, Onyango Galdine, Ingrid Gercama, John Kenyi, Apayima Malitano, Ferenc David Marko et Naomi Pendle. Avant sa finalisation, cette note stratégique a été examinée par des collègues conseillers experts de l’UNICEF, des CDC, de King’s College London, de l’Université de Durham, de la London School of Hygiene and Tropical Medicine et de la London School of Economics. La responsabilité inhérente à cette note stratégique revient à la Plateforme Social Science in Humanitarian Action (SSHAP).fr
dc.description.sponsorshipUNICEFen
dc.language.isoenen
dc.publisherUNICEF, IDS & Anthrologicaen
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/en
dc.subjectHealthen
dc.titleKey Considerations: Cross-Border Dynamics Between South Sudan and DRCen
dc.titleConsidérations clés : Dynamiques transfrontalières entre le Soudan du Sud et la RDCfr
dc.typeSeries paper (non-IDS)en
dc.rights.holderAnthrologicaen
rioxxterms.funderDefault funderen
rioxxterms.identifier.projectDefault projecten
rioxxterms.versionVoRen
rioxxterms.funder.projectd218e59e-c0fb-4cb3-8a07-92a57da72cd1en


Files in this item

Thumbnail
Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record

http://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/
Except where otherwise noted, this item's license is described as http://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/